Tulum, au Mexique, est un marché d’acheteurs.

Et Frenchy Invest compte bien vous en faire profiter !

En mars de l’année dernière, alors que les États-Unis commençaient à se verrouiller, les riches New-Yorkais ont fui vers des maisons dans les Hamptons et la vallée de l’Hudson, à la recherche d’espace, de nature et d’un bureau à domicile. Mais le promoteur immobilier Christian Helies, 37 ans, qui a l’habitude de faire la navette entre la ville et la péninsule du Yucatán au Mexique pour des voyages d’affaires, a décidé de prendre un autre chemin.

Pour 395 000 dollars, Helies a emménagé dans un appartement de trois chambres à coucher sur la plage, dans la communauté fermée de Puerto Aventuras, à côté de Playa del Carmen. »Quand j’ai réalisé qu’il pourrait y avoir des problèmes concernant les voyages ou simplement l’idée d’être chez soi à New York en général, dans un environnement terrible, je me suis dit que je préférais être ici », dit-il. « Si vous devez faire face à une pandémie, c’est bien de le faire quelque part où il fait beau et où il y a de belles eaux tropicales. »

Au cours des deux dernières décennies, Playa del Carmen et Tulum – les deux hauts lieux de la Riviera Maya de la péninsule du Yucatán (un changement de nom de l’ancien « corridor Cancún-Tulum » en 1999) – ont connu un développement résidentiel considérable, alimenté en grande partie par des vagues d’expatriés des États-Unis et du Canada, ainsi que par des Européens et des propriétaires mexicains de résidences secondaires.

Aujourd’hui, malgré les témoignages anecdotiques selon lesquels la pandémie a persuadé des centaines de personnes de réaliser leurs rêves caribéens, il est difficile d’écouler l’immense quantité de nouvelles constructions et certains vendeurs sont obligés de réduire les prix.

En 1998, Playa del Carmen comptait 20 000 habitants. Vingt ans plus tard, elle en comptait 252 000 et devrait dépasser les 300 000 d’ici 2023, selon le Conseil de la population du Mexique. Les prix de l’immobilier dans le Quintana Roo, l’État de la Riviera Maya, n’ont également cessé de grimper.

La croissance annuelle du prix moyen de l’immobilier a été de 8,1 % en 2018 et de 10,8 % en 2019, selon la Sociedad Hipotecaria Federal, qui publie l’indice des prix immobiliers au Mexique. Depuis la pandémie, la croissance a été légèrement freinée : l’année dernière, la croissance annuelle était de 7,5 %.

Toutefois, en raison du développement rapide de ces dernières années, les agents immobiliers signalent que les acheteurs sont en mesure de négocier plus âprement des réductions sur de nombreux condos nouvellement construits dans la région.

À 60 kilomètres au sud de Playa del Carmen, Tulum est un havre touristique décontracté, célèbre pour ses ruines mayas et son ambiance « éco-chic » – un aimant pour les touristes, les célébrités et les influenceurs qui évitent les tours d’habitation, les frat bros et les fêtes incandescentes de Cancún et Playa del Carmen pendant le spring break.

Dans les années 1990, Tulum n’était guère plus qu’un arrêt de bus pour les touristes visitant les ruines mayas de la côte. Même en 2013, lorsque Carlo Toluzzi, partenaire des agents immobiliers Engel & Völkers Playa del Carmen, a acheté un terrain entre la ville de Tulum et la plage pour se construire une maison, « il n’y avait rien d’autre que la jungle », se souvient-il. « Je me suis dit : « Est-ce que je fais une erreur ? ». Parce que peut-être que dans 10 ans je serai seul dans la jungle ». Ses craintes n’étaient pas fondées – Tulum compte désormais une population d’environ 40 000 habitants. Les prix à Tulum varient entre 2 000 et 4 000 dollars le mètre carré, contre 3 800 à 7 000 dollars le mètre carré à Playa del Carmen, selon Sotheby’s International Realty.

Selon M. Toluzzi, les jeunes acheteurs sont particulièrement friands de studios, où ils pourront travailler à domicile et les louer à leur départ. Un studio situé à quelques pas de la plage se vend environ 100 000 dollars.

En janvier de cette année, la région est passée du jaune à l’orange dans le cadre du système mexicain de feux de circulation Covid-19, ce qui signifie que les bars et les restaurants doivent réduire leur capacité à 30 %, mais que les plages restent ouvertes. « Le virus est là aussi, je ne vais pas le nier, mais tout se passe à l’extérieur, tout le monde suit les protocoles ; c’est juste une façon différente de faire face à la situation », affirme M. Toluzzi.

Liszett Torres, de Sotheby’s International Realty, affirme que son bureau de Riviera Maya a vendu plus de maisons l’année dernière qu’en 2019, et convient que Tulum est le point chaud actuel de l’activité.

Mais, « il y a trop d’offre ; il y a plus d’offre que de demande, donc les acheteurs ont le contrôle ». Selon elle, il y a actuellement 380 lotissements à Tulum offrant des appartements à vendre, construits au cours des trois ou quatre dernières années.

Le marché de Tulum est largement dominé par les préventes, et les acheteurs qui sont prêts à faire un dépôt plus important peuvent obtenir un rabais important. Torres dit qu’en 2019, ces rabais étaient généralement compris entre 2 et 7 %, en fonction du montant de l’acompte, mais qu’ils pourraient maintenant être plus élevés. Par exemple, Amour, un développement qui devrait ouvrir à Aldea Zama en 2022, est en vente avec un rabais de 20 pour cent si les acheteurs versent un acompte de 80 pour cent.

Les préventes peuvent présenter des inconvénients, selon M. Toluzzi. « Si vous achetez un nouveau développement qui sera terminé dans deux ans, vous devez être conscient qu’il pourrait y avoir de nouveaux développements à côté d’ici là. »

Et dans quelques années, Tulum pourrait avoir un aspect très différent. En octobre 2020, le président mexicain a annoncé qu’il prévoyait d’y ouvrir un nouvel aéroport en 2023 ; entre-temps, la construction du controversé « train maya » de 1 500 km autour de la péninsule du Yucatán est déjà en cours.

Dans le même temps, les militants s’inquiètent de l’impact écologique du développement sur les forêts de mangroves et le système unique de rivières souterraines de la région. Moins de 20 % de Tulum est relié à un égout.

« C’est cette chose bizarre où les gens qui ont beaucoup d’argent veulent juste revivre l’époque hippie », dit Toluzzi. « Mais ce qui est triste, c’est que beaucoup de gens ne sont pas conscients de la destruction ».

Source: Financial Time

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s