11 prédictions pour l’avenir du marché immobilier

Le marché immobilier a été plongé dans un état tumultueux lorsque la pandémie de Covid-19 a frappé. Entre les personnes qui ont perdu leur travail et celles qui ont eu peur ou n’ont pas pu se déplacer, l’année de confinement a eu un impact significatif sur le marché.

Même si la vie retrouve un sentiment de normalité, plusieurs facteurs continueront d’avoir un impact sur les prix des logements, le comportement des acheteurs et le marché immobilier en général. Ici, 11 membres du conseil immobilier de Forbes partagent leurs prédictions d’experts sur l’avenir du marché immobilier jusqu’à la fin de 2021 et en 2022.

1. Moins d’urgence à acheter de l’immobilier résidentiel

En ce qui concerne l’immobilier résidentiel, je vois moins d’urgence à acheter, car de plus en plus de gens sortent de chez eux et sont attirés par d’autres activités. Les villes robustes resteront très fortes et les prix devraient se stabiliser à court terme à mesure que les stocks augmentent. L’exode des zones métropolitaines devrait s’atténuer et les marchés des résidences secondaires devraient connaître un ralentissement.

  1. La main-d’œuvre sera confrontée à des difficultés pour acheter une maison

La crise du logement abordable fait face à une tempête parfaite avec la pénurie de logements et les barrières croissantes à l’entrée avec des scores de crédit, des dépôts et des exigences de revenu plus élevés pour les locataires. Il ne faudrait surtout pas que vous ayez déjà eu une expulsion dans votre passé. Par conséquent, notre main-d’œuvre aura plus de difficultés à trouver un endroit où vivre. La question se pose donc maintenant : Que vont faire les décideurs politiques pour y remédier ?

  1. Le marché va s’apprécier de manière significative

Bien que les articles sur le « krach » fassent couler beaucoup d’encre, l’immobilier s’appréciera à un taux supérieur à la moyenne jusqu’à la fin 2021 pour trois raisons : la rareté, l’utilité et la demande. Rareté : il y a une pénurie de 6,8 millions d’unités de logement. Utilité : la maison est désormais le centre du monde des travailleurs à distance, car elle sert à la fois de bureau et de salle de sport. La demande : Les Millennials sont la génération la plus nombreuse d’Amérique et sont en âge d’acheter un logement.

  1. Il y aura moins de visites et d’offres

Les ventes ont continué à augmenter par rapport à l’année dernière et les prix sont restés stables. Après la moitié de l’année, contrairement aux chaussures et aux montres, beaucoup de gens n’achètent pas plus d’une maison à la fois, donc je m’attends à voir moins de visites, moins d’offres et des offres moins agressives. Sur la plupart des marchés, les vendeurs ont corrigé leurs prix il y a plusieurs mois, de sorte que la folie des prix excessifs s’est déjà un peu calmée.

  1. La demande de logements multifamiliaux va augmenter

Étant donné que l’offre de maisons unifamiliales est limitée et que les prix sont en hausse, la demande de logements multifamiliaux augmentera au cours de la deuxième partie de 2021. Par conséquent, les logements multifamiliaux vacants vont diminuer et les loyers vont augmenter. Nous avons observé cette tendance depuis le début de Covid, au début de 2020, et cette tendance se poursuit en force et se poursuivra dans les 12 à 18 prochains mois.

  1. Les prix des logements vont devenir inabordables

En termes simples, il y a un manque d’inventaire dans le domaine du logement abordable et tous les acheteurs qui veulent acheter ne peuvent se permettre que ce type de propriétés. Les constructeurs construisent des maisons que l’Américain moyen ne peut pas se permettre. L’inventaire diminue continuellement et il y a plus d’acheteurs que jamais pour ce produit. Le logement continuera à augmenter jusqu’à ce qu’il devienne complètement inabordable pour le public.

  1. Le marché va soit se refroidir soit accueillir de nouveaux investisseurs

Les taux hypothécaires sont orientés à la hausse, car l’inflation risque d’être plus problématique et de durer plus longtemps au lieu d’être « transitoire » comme le prédisent de nombreux économistes. En fonction de l’évolution des taux hypothécaires, soit le marché du logement se refroidira d’ici la fin de l’année, soit nous aurons une pléthore de nouveaux investisseurs qui achèteront des maisons et évinceront encore plus de primo-accédants. Le faible inventaire est là pour rester.

  1. Le marché évolue vers un état plus équilibré

L’inventaire semble se reconstituer, et les acheteurs qui souffraient de lassitude ont plus d’options et de moyens d’achat que par le passé. J’observe une évolution qui pourrait aboutir à un marché plus équilibré dans la seconde moitié de l’année. Si vous êtes un investisseur, je vous recommande de vous donner un peu de marge sur le prix de revente pour tenir compte de ce changement.

  1. L’utilisation de la technologie augmentera la valeur des actifs

Je prédis que les promoteurs et les propriétaires vont s’intéresser davantage à l’utilisation de la technologie pour accroître la valeur de leurs actifs. Il s’agira de rechercher de nouvelles façons d’utiliser la technologie pour obtenir des résultats financiers et climatiques positifs.

  1. La sous-location va continuer à augmenter

Sur le front des espaces de bureaux commerciaux, nous prévoyons un nouveau ralentissement dû à l’affaiblissement de la demande alors que le passage à une main-d’œuvre plus hybride se poursuit, soulignant la transformation en cours de la façon dont les gens travaillent. L’espace de sous-location va continuer à augmenter, les concessions des locataires vont continuer à augmenter et les taux vont continuer à s’affaiblir et à baisser. Nous prévoyons que cette faiblesse s’accélère à l’avenir. –

  1. Le marché de la location va continuer à croître

Nous sommes en train de devenir une nation de locataires, et cette tendance va continuer à se développer jusqu’en 2022. Les prix des logements sont devenus si élevés que le pourcentage de personnes pouvant se permettre d’acheter une maison a déjà diminué et continuera à le faire. Comme lors de la dernière crise du logement, les propriétés locatives répondront à la demande de logements. Nous n’avons tout simplement pas construit suffisamment de nouveaux stocks pour répondre à la demande.

La Source:
Forbes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s